A.F.L.A.P.A.

Association Franco-Laotienne d’Aide aux Personnes Aveugles

27
fév 2015

Rapport complet ici.

27
fév 2015

Rapport complet ici.

27
fév 2015

Rapport complet ici.

Rapport complet ici.

3
avr 2014
Posté dans Non classé par beinsargueix à 8:15 | Pas de réponses »

Rapport complet ici.

3
avr 2014
Posté dans Non classé par beinsargueix à 8:14 | Pas de réponses »

Rapport complet ici.

3
avr 2014
Posté dans Non classé par beinsargueix à 8:12 | Pas de réponses »

Rapport complet ici.

3
avr 2014
Posté dans Non classé par beinsargueix à 8:11 | Pas de réponses »

Rapport complet ici.

15
mar 2011
Posté dans Non classé par beinsargueix à 6:21 | Pas de réponses »

BILAN MORAL DE L’EXERCICE 2009:

L’Association Franco-Laotienne d’Aide aux Personnes Aveugles, officiellement créée le 19 janvier 2000, a pour but d’apporter une aide humanitaire et matérielle aux institutions qui, au Laos, font en sorte que les personnes aveugles puissent devenir autonomes et espérer un jour occuper une place dans la société.

Certains de ses membres, dont la présidente, Aurore Berthout, sont aveugles, et d’autres laotiens. Ces derniers nous ont mis en contact avec l’hôpital ophtalmologique de Vientiane. Celui-ci, en 1995, avec l’aide d’une association hollandaise, »Dark and Light », a créé un internat, le « Home of
Light », qui, actuellement, accueille 56 enfants aveugles et malvoyants de 3 à 26 ans.

Sur place, en avril 2002, nous avons élaboré un programme ‘action et de développement avec le docteur dirigeant cet organisme, le professeur Vithoune Visonnavong. Depuis, l’une de nos actions consistait en préparer un envoi de matériel pédagogique spécialisé et d’ustensiles de soins ophtalmologiques. Un conteneur de 30 m3 est parti en mars2005 et nous nous sommes rendus sur place pour en distribuer  le contenu en avril. Entre-temps, en novembre 2003, Aurore Berthout et Madame Tadam Bernier, l’une de nos bénévoles, sont parties un mois auprès des enfants pour leur proposer des activités psychomotrices.

Par ailleurs, depuis la création de notre association, nous avons cherché à mettre en place des actions communes avec d’autres structures œuvrant au Laos. C’est ainsi que nous avons institué un système de parrainages avec « Enfants d’Asie », que nous avons pu recevoir du matériel médical grâce à HUMATEM, que nous avons ensuite envoyé au Laos soit par nos propres moyens soit par l’intermédiaire de « Santé France Laos ». Chaque année, nous envoyons sur place deux équipes de jeunes, l’une en juillet, l’autre en août, issues de la « Guilde Européenne du Raid », pour proposer aux enfants de l’internat des activités ludiques et éducatives durant les vacances d’été. Nous bénéficions également des compétences de jeunes retraités acceptant de réaliser des missions au Laos, grâce aux associations « Agir abcd » (opticien, professeur de locomotion, kinésithérapeute, enseignante) et GREF (« Groupement des Retraités de l’Education sans Frontières »), cette dernière nous ayant mis à disposition deux psychomotriciennes dont l’objectif est d’assurer la formation des personnels enseignants et éducateurs.

L’association « Voir ensemble » nous a offert de nombreux  matériels scolaires spécialisés pour les enfants aveugles et malvoyants, tandis que nous avons reçu, en 2008, une subvention de 4500 euros de la fondation « Agir sa Vie » pour en acheter. Tous ces matériels ont pris place sur deux palettes parties de Gardanne en juin 2009 et ont été distribués surplace en août 2009.

Lors de nos déplacements au Laos, depuis 2005, nous collaborons avec Luc Janssens, président de l’association américaine « Lao Réhabilitation Fundation », qui a financé la construction d’un nouveau bâtiment de l’internat, et devrait à l’avenir encore plus s’impliquer dans le fonctionnement décelai-ci. Nous l’avons de nouveau rencontré en août 2009.De nouveaux partenaires se sont entre-temps fait jour. En France, Jacques Dorr et Fanny Turpin ont créé en 2008l’association « Comptez sur Demain », avec laquelle nous envisageons différents partenariats : financement en commun de la 2eme mission du GREF, développement d’une mission de formation en ophtalmologie et orthoptie.

Julien Cerdan est un jeune orthoptiste de Marignane, qui est parti bénévolement avec nous lors de notre mission de juillet-août 2009. Souhaitant s’engager sur la longue durée, il a convenu avec le docteur Vithoune de mettre en place plusieurs actions à caractère médical. Nous avions contacté en 2005 l’OPC (Organisation de Prévention de la Cécité), qui dépend du Ministère Français de la Santé, afin d’obtenir des matériels d’ophtalmologie, et Julien a « sollicité son aide dès son retour de mission. Au Laos, en 2006, nous avons pris contact avec les deux
autres centres accueillant des enfants atteints de cécité, à Vientiane et à Savannakhet, ainsi qu’avec les différents services du Ministère de l’Education. Durant notre mission de 2009, nous avons renforcé ces contacts et initié des aides matérielles.

Enfin, nous avons des contacts réguliers, et ce depuis2002, avec l’ambassade du Laos en France et l’ambassade de France au Laos. Nous avons reçu en 2008 l’agrément officiel des autorités laotiennes, tandis que l’ambassade du Laos nous offre la gratuité complète des visas, tant pour nous que pour nos partenaires

Nous accordons beaucoup d’importance à la présence de personnes sur place. En plus de leurs compétences, ces personnes apportent aux enfants le sentiment d’être considérés, la conviction qu’ils sont dignes que l’on se déplace de très loin pour venir les voir.

Début 2006, Dominique Berthout a pris contact avec une responsable de l’association « La guilde Européenne du Raid » qui, chaque année, recrute des jeunes pour accomplir des missions durant les mois de juillet et août. Nous avons demandé à ce que des bénévoles aillent proposer des activités d’éveil, aux enfants. En 2009, nous avons pu bénéficier de deux équipes de cinq jeunes filles, l’une en juillet, l’autre en août. Les rapports envoyés par ces deux équipes concluent à un bilan fructueux, même s’il n’est pas toujours facile de mettre en place les activités d’éveil et les sorties.

Durant notre séjour de 2009, nous avons contacté la nouvelle présidente de l’association « Vientiane Accueil ». Elle avait entendu parler de notre action au « Home of light » mais savait qu’il n’y avait eu aucune suite à la visite, que nous avions sollicitée, de deux dames, que nous avions contactées lors d’une première rencontre avec cette association en 2005.Elle est venue avec une autre dame accompagnée de sa fille Mélanie. Mélanie est venue au Laos pour n’y rester qu’un an et souhaite devenir éducatrice. Durant notre séjour, nous ne l’avons pas revue mais nous savons qu’au moins depuis début décembre, elle vient jouer avec les enfants une fois par semaine. Manilay, la directrice, sur la demande d’Aurore, leur fit visiter le « Home of light ». Peu de temps après notre départ, elles passèrent l’après-midi avec deux des filles de la Guilde. Elles dirent qu’elles reviendraient régulièrement pour jouer avec les enfants et, dès le lendemain, elles achetèrent des jouets dans différentes boutiques. Elles trouvèrent même des perles et des légos, ce que nous pensions introuvable au Laos. Depuis, elle viennent deux fois par mois pour jouer et
cuisiner avec les enfants. Elles organisent aussi des sorties.

En 2006, nous avions pris contact avec la Bibliothèque Nationale de Vientiane. Depuis, des gens viennent chaque samedi raconter des histoires aux enfants. Ils sont issus? d’une association japonaise, ainsi que d’un temple voisin (bonzes et bonzesses). Par ailleurs, tous les dimanches, les bonzes viennent leur donner des cours de religion, de morale, d’hygiène. Lors de notre mission 2009, nous organisâmes un soutien dans des temples. Les enfants prièrent avec ferveur et furent heureux que nous leur achetions des bijoux religieux. Le soir, nous mangeâmes une salade de Papaye dans un restaurant.

Nous accordons beaucoup d’importance aux- jouets. En 2009, Dominique Berthout acheta de nombreux jouets pour les enfants. Tout fut placé dans un placard qui, en fait, est le dessous d’un escalier dans le nouveau bâtiment.

Notre laboratoire de langue, destiné aux jeunes aveugles, n’est pas encore utilisé mais le sera dès que Manilay aura appris à l’utiliser. En Août 2007, les jeunes de la Guilde Européenne du Raid utilisèrent beaucoup notre laboratoire de langues. Lorsque nous sommes revenus en 2009, notre laboratoire de langues n’était plus utilisé. On nous dit qu’il y avait un problème de prise, Julien la répara. Nous cherchâmes des cassettes audio d’apprentissage des langues, en vain. Celles-ci
n’existent plus sur le marché. Julien dû donc installer un lecteur CD.

D’autre part, nous fîmes effectuer des travaux d’électricité et de plomberie dans les locaux utilisés par les enfants. Comme lors de nos précédents séjours, nous avons régulièrement acheté du lait et des fruits aux enfants et avons effectué des achats d’objets pour le quotidien (bassines, couteaux…). Nous avons aussi à la pharmacie juste en face du centre, acheté des médicaments. Nous ne l’avons fait que deux fois car restons prudents, même si Mè Van semble savoir comment soigner les petits maux.

En Août 2009, les jeunes de la Guilde Européenne du Raid ont tout lavé dans le dortoir des garçons: le sol, les matelas. Les femmes de ménage ont effectué les lessives de tout le linge.

Le nombre de donateurs locaux est maintenant important. Les dons en nourriture sont devenus fréquents au point que, faute d’avoir de quoi la contenir en la conservant, il s’en perdait. Nous achetâmes un frigo et une armoire réfrigérante. Nous achetâmes aussi, durant notre mission d’août 2009, une machine à laver, une machine à coudre, un placard, des ustensiles de cuisine, des produits ménagers, des outils, une tondeuse à cheveux, des néons, du matériel électrique… Tous ces achats trouvèrent rapidement leur utilité.

En France, la fondation « Agir sa vie » nous octroya 4500euros pour acheter du matériel spécifique à la scolarité des enfants aveugles. Nous effectuâmes ces achats à l’Association Valentin Haüy (Paris), puis les envoyâmes en juin 2009 sur deux palettes jusqu’à Bangkok, en recourant aux services de la société Worms. Dans les palettes, il y avait aussi du matériel médical. A Bangkok, fin juillet, nous avons demandé à la société Eculines d’envoyer les palettes vers Vientiane. Malheureusement, cette société prétendait pouvoir travailler avec le Laos, mais il s’avéra que cela n’était pas vrai. Nous eûmes beaucoup de difficultés pour récupérer nos palettes, de ce fait bloquées en douane. Il nous fallut recourir à une société laotienne, SVT, pour débloquer la situation, au prix d’un surcoût assez important (400 euros).

PERSPECTIVES POUR L’EXERCICE 2010 :

L’association « Enfants d’Asie » prend en charge le parrainage de plusieurs étudiants aveugles, grâce à des parrains français. Avec « Enfants d’Asie », nous avons mis en place, courant2005 et 2006 une action de parrainage. Nous cherchons de futurs parrains pour le « Home of light ».

Jacques Dorr a, depuis, quitté « Enfants d’Asie ». Alain Delage est notre actuel correspondant à l’association « Enfants d’Asie». Nous avons vu que les difficultés matérielles, mais aussi éducatives. Il est nécessaire que le personnel acquière des connaissances spécificités de ces enfants qui sont, d’une part, aveugles et d’autre part, éloignés de leurs familles. Nous mettons donc en place actuellement un vaste programme de formation des personnels laotiens s’occupant des personnes aveugles, avec l’association GREF. Il s’agira de donner une formation de base à quelques professionnels laotiens. En effet, il n’existe actuellement pas d’éducateurs spécialisés au Laos, et le personnel des internats accueillant des aveugles manque totalement de formation, ce qui entraîne à la fois des limites et des problèmes pour le développement des enfants atteints de cécité. Nous avons obtenu les autorisations ministérielles laotiennes nécessaires à la mise en place de ce programme. Nous avons aussi rencontré les associations de personnes handicapées du Laos, que nous associerons à ces projets.

Nous rencontrâmes également la directrice de la recherche pédagogique. Elle nous donna un exemplaire de livres scolaires récemment édités mais, en fait, au « Home of light », il y en avait déjà. Cela dit, l’attention nous toucha. Cette dame, très gentille, s’intéressa au matériel spécialisé qu’Aurore avait amené: une tablette et un poinçon pour écrire en Braille. Elle nous dit que la réforme concernant les manuels scolaires pouvait s’élargir au matériel pédagogique et qu’éventuellement, le gouvernement pourrait, dans ses achats de fournitures scolaires, inclure les consommables nécessaires aux élèves aveugles, tels que les poinçons (qui sont régulièrement perdus) et les feuilles à dessin. Elle nous demanda de lui apporter du matériel afin qu’elle puisse le montrer à ses supérieurs. Nous lui apportâmes: une tablette d’écriture avec un poinçon, une planche à dessin avec quelques feuilles, du matériel de géométrie.

En Juillet et Août 2009, les jeunes de la Guilde Européenne du Raid donnaient des cours de français à Boun Mak et Malai Kham. Les voyants motivés, nous décidâmes de les inscrire aux cours proposés au Centre Culturel Français. L’enseignante accepta tout de suite d’intégrer des élèves aveugles à son cours, les trouva motivés, et s’aperçut qu’ils possédaient déjà plus de vocabulaire que les autres débutants.

Kham Kéo est en quatrième année d’Anglais. Il a été confronté à une difficulté de taille : il manquait de documents transcrits en Braille. Il va néanmoins continuer ses études au mieux. Le directeur adjoint de l’université nous a dit qu’il souhaite accueillir plusieurs aveugles ou amblyopes mais à la condition que ceux-ci puissent étudier à l’aide d’ouvrages adaptés. Le problème d’absence de transcriptions systématisées est crucial car, dans les écoles et collèges, il nous a aussi été exprimé et nous pouvons supposer que cette carence occasionne certains retards scolaires constatés. Au « Home of light », il y a une imprimante Braille mais une seule personne pour s’occuper de la saisie des textes. Cette personne, Ouday, étant aveugle, doit sans arrêt faire appel à quelqu’un pour lui dicter ceux ci. Au « Centre de réhabilitation » de Vientiane, le service de transcription Braille semble bien fonctionner ; il pourrait peut-être devenir national. Au « Centre laotien de recherche pédagogique », la dame qui nous a reçus accepte l’idée que lorsque des nouveaux manuels pédagogiques seront produits, des disquettes contenant le texte d’origine soient données aux transcripteurs qui seraient donc soulagés du travail de saisie.

Quelques élèves sont suffisamment âgés pour rechercher un travail ou étudier à un haut niveau. Quelques élèves ont suivi une formation de masseurs. Dans l’ancien hôpital, une pièce va devenir un salon de massage. Boun Mak et Souneth sont rentrés dans une école de musique. Il semblerait que se produire dans des restaurants ou hôtels soit une bonne source de revenus. Nous promenant en ville, nous sommes entrés dans un magasin de produits artisanaux dont les employés ont vécu des situations difficiles telles que l’alcoolisme, la pauvreté extrême, la survenue d’un handicap. Nous avons rencontré le directeur, Michel Saada, qui a quitté la France il y a plusieurs années et a monté son entreprise. Nous lui avons parlé de notre action et lui avons demandé s’il emploierait des jeunes adultes aveugles. Cela sera possible d’ici quelques mois lorsqu’un atelier de fabrication du papier sera bâti. Lors d’une réunion avec » le Docteur Vithoune, nous avons évoqué l’idée de la création, dans l’ancien hôpital, d’un atelier de vannerie. Deux jours avant notre départ, nous sommes arrivés dans son bureau avec de l’argent destiné à l’aménagement d’un tel local. Il nous a dit qu’après réflexion, il préfère créer un atelier de fabrication de papier. Celui-ci, pouvant être de différentes épaisseurs et joliment ouvragé, rencontre un succès croissant au-Laos. Le Docteur Vithoune nous a montré un très beau sac à main. Le Docteur Siphet, ayant des connaissances concernant cet artisanat, pourra en superviser l’installation.

Parfois, nous demandions à des gens, rencontrés en ville, s’ils connaissaient des personnes aveugles. Un-commerçant, chez qui nous avons fait faire des photocopies, nous a dit aller se
faire masser deux fois par mois par des professionnels aveugles. Sur notre demande, il nous a ramené des photos et un courrier de ceux-ci lors de notre mission de 2006. Cette année, il nous a été possible de les rencontrer et de leur faire un don en numéraire et de tablettes Braille. Nous comptons les aider de nouveau à l’avenir.

Kham Kèo est étudiant en faculté d’Anglais; il bénéficie d’un parrainage individuel. L’argent que nous lui adressons lui paie tout juste ses études, est insuffisant, d’autant plus qu’il aimerait se financer une greffe de la cornée, opération qui peut ne se faire qu’en Thaïlande. Nous avons alors eu l’idée de donner un travail à Kham Kèo, pour 1,5 million de kips, que nous lui versâmes juste avant notre départ. Ce travail consiste en démarcher des entreprises afin de trouver du travail aux jeunes adultes aveugles. Il sera intégré au dossier que nous allons préparer pour l’IECD (Institut Européen de Coopération et de Développement – Paris), organisme spécialisé dans la mise en place de formation professionnelle et recherche d’emplois, que nous souhaiterions mettre à contribution au Laos.

En France, nous continuerons nos actions habituelles de collecte de fonds, collaboration avec nos partenaires associatifs et psychomotriciennes du GREF. Nous aurons encore un peu de matériels médicaux à envoyer au docteur Vithoune, que nous ferons transiter par l’association « Santé France Laos ». Nous allons rencontrer en mai les deux nouvelles équipes estivales de la Guilde Européenne du Raid, tandis que le travail le plus prenant sera de préparer le dossier destiné à l’IECD.

Durant cette assemblée générale, nous avons aussi décidé de créer une antenne de notre association à Marignane, dont le siège sera au cabinet de Julien, notre orthoptiste marignanais. Cette antenne aura pour nom « AFLAPA médical », Julien ayant pour objectif de développer des actions de formation des ophtalmologistes laotiens, ainsi qu’un programme de dépistage scolaire des problèmes oculaires. Le financement de ses projets sera pris en charge pour partie par Julien lui-même, mais aussi par l’association « Compter sur Demain ».

ELECTIONS:

L’élection du bureau et du conseil d’administration s’est déroulé le jour même. Le vote a permis le renouvellement à l’unanimité de ces deux organes. Le bureau se compose donc de

-présidente: BERTHOUT Aurore.

-secrétaire: PLET Marie-Bénédicte.

-secrétaire-adjointe: CORREIA Lydie.

-trésorier: BERTHOUT Dominique.

Le conseil d’administration se compose des personnes ci-dessus, ainsi que:

-JUVEN Bernard.

-JUVEN Marie-Christine.

-CRUVEILLER Chantal.

-VIGNON Céciline.

PROJETS D’ACTIVITES POUR ‘EXERCICE 2010-2011:

1°) EN FRANCE :

-Continuer à trouver de nouveaux parrains, dans le cadre des parrainages mis en place avec l’association « Enfants d’Asie ». Ces parrainages ont pour but d’améliorer le quotidien des enfants du Home of Light en permettant l’achat sur place de tout ce qui est nécessaire à la vie quotidienne.

-Continuer d’assurer des relations étroites avec tous nos partenaires, afin de renouveler et mettre en place les actions au Laos décrites ci-dessous.

-Chercher des partenaires pour développer un projet de formations professionnelles pour les jeunes aveugles et malvoyants laotiens en âge d’apprendre un métier. Des contacts ont été pris, à Paris, avec l’I.E.C.D. dans ce sens.

2°) AU LAOS :

-Continuer à payer les salaires du personnel du Home of Light. Cette obligation, qui n’était pas prévue, nous est incombée depuis la défection de l’association hollandaise « Dark and Light », qui a décidé de ne plus les payer à partir de janvier dernier. Pour éviter que l’internat ne ferme, nous avons décidé d’effectuer nous-mêmes les paiements dès fin février, tout en obtenant le soutien de l’association « Compter sur demain », qui a accepté de prendre en charge la moitié de ce poste financier et d’assurer par elle-même les transferts bancaires vers Vientiane.

-Continuer à fournir du matériel opératoire à l’hôpital ophtalmologique de Thong-Pong. Par ailleurs, celui-ci recevra une aide également sous la forme de formations des médecins, grâce à une collaboration avec un orthoptiste de Marignane, Julien Cerdan, et le service ophtalmologique de l’hôpital Avicenne de Bobigny.

-Continuer à assurer la formation des éducateurs des deux centres accueillant des enfants aveugles et malvoyants à Vientiane: le Home of Light et le Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées, ainsi que celle des enseignants du primaire et du secondaire recevant des enfants provenant de ces deux centres dans leurs classes. Une équipe composée de deux psychomotriciennes de Reims, adhérentes de l’association GREF, partira, pour la troisième fois, en juin prochain.

-Continuer à envoyer chaque été des groupes de jeunes issus de la Guilde Européenne du Raid, afin d’occuper utilement le temps des vacances scolaires d’été en proposant aux enfants des activités ludiques, éducatives, des sorties et des cours de langues (Français et Anglais).

-Développer un projet de cours de gymnastique, découverte du corps et perception de l’espace environnant pour les enfants aveugles et malvoyants, en collaboration avec Marianne, jeune contorsionniste parisienne et l’école du cirque de Vientiane.

-Permettre à un groupe d’aveugles exerçant la profession de masseurs à Vientiane d’être à l’abri du besoin en sollicitant « Vientiane Accueil », association des expatriés français au Laos, pour les aider à faire face aux dépenses importantes qui pourraient subvenir.

-Contacts avec l’association des Laotiens de région parisienne « la Toupie » et l’association « Compter sur Demain » pour aider au financement d’un internat accueillant des enfants sourds et aveugles dans le sud du Laos, à Savannaket, son budget étant actuellement très déficitaire.

27
fév 2011
Posté dans Non classé par beinsargueix à 1:01 | Pas de réponses »

Mon quatrième voyage au Laos Février 2010

Ce voyage avait 2 buts:

  • Continuer le travail musical commencé l’année dernière, sous la houlette de l’AFLAPA, avec les enfants mal et non voyants du centre ophtalmologique de musiqueavientiane11.jpgVientiane (Capitale du Laos)
  • Commencer une initiation musicale avec les enfants parrainés par l’association ERAN qui oeuvre pour l’enfance laotienne défavorisée.

Le but de ces missions artistiques est d’offrir sous des formes et des jeux culturels différents, des outils supplémentaires pour que ces enfants défavorisés puissent exploiter leurs richesses intérieures qui vont les structurer et les renforcer.

SEANCES MUSICALES AU CENTRE OPHTALMOLOGIQUE DE VIENTIANE »
Après ma 1ère rencontre en Octobre 2008 avec les enfants mal et non voyants de ce centre, il me tardait de revoir la trentaine de jeunes musiciens qui avaient suivi avec beaucoup de plaisir les animations musicales.

Inmusiqueavientiane2.jpgdépendamment de notre volonté, l’horaire des cours de musique n’était pas du meilleur choix. Cependant, malgré la chaleur écrasante du début d’après midi, plus propice à la sieste qu’à l’exercice physique et intellectuel, les «artistes en herbe»organisaient avec enthousiasme notre rendez-vous quotidien. Les élèves les plus âgés installaient la sono d’accompagnement et regroupaient les plus jeunes autour de la table de travail. La flûte à la main, chacun prenait place rapidement. Dès mon arrivée, nous pouvions commencer la répétition sans perdre de temps et avons repris les cours comme si nous nous étions quittés la veille.

Si certains sumusiqueavientiane3.jpgccombaient à l’endormissement pendant quelques minutes, ils reprenaient avec entrain leur flûte, restée blottie dans leurs bras.

Les jmusiqueavientiane4.jpgeunes avaient gardé en mémoire les airs de flûte appris l’an passé, dont le fameux «Rondin picotin »; leitmotiv d’une chaîne musicale qui se construit depuis des années avec les enfants d’Asie (Vietnam, Inde, Tibet, Laos) et de France.
Compte tenu des différents handicaps de ces enfants (cécité, doigts ou mains inexistantes), des différentes aptitudes de chacun (mémoire, coordination des doigts, gestion du souffle. . .) et de la durée du séjour, les possibilités de progression sont limitées mais les élèves semblent ne pas ressentir de frustration.

Contrairement aux élèves de nos conservatoires qui manifestent une certaine réticence aux répétitions, nos jeunes laotiens ne rechignent pas à rejouer autant de fois que nécessaire.

On peut penser que ces enfants trouvent du plaisir dans le son et dans toutes les sensations qui s’y rattachent:

  • Sensations corporelles

- Ressenti physique de tout ce qui est mis en oeuvre dans le corps pour faire passer l’air dans ce petit instrument:

- Le contact de la bouche et des doigts sur l’objet

- La maîtrise du souffle et la réponse du corps à cet exercice (détente ou autre sensation) .

  • Sensations émotionnelles

- Par ce souffle, sont expulsés des sentiments de joie, de crainte, de tristesse etc. qui libèrent celui ou celle qui peut les exprimer en toute pudeur.

- Le son est à la fois l’expression de l’être profond et un lien qui unit à l’autre qu’on ne voit pas mais qui émet la même note et pourquoi pas des vibrations empathiques.

- Le musicien se sent à la fois Unique et en harmonie avec ceux qui l’entourent.

Il n’est pas nécessaire d’avoir une connaissance parfaite des règles musicales pour que l’art
fasse son oeuvre.

Epilogue inattendue
En arrivant au laos, je ne savais pas que le travail musical similaire accompli dans ces deux centres des environs de Vientiane allait aboutir à une réalisation encore plus belle. En effet, le rêve de réunir les enfants de deux écoles, difficile à réaliser à l’étranger, a trouvé un écho dans le coeur de Toun et Hervé.

Après mon départ, les responsables du centre ophtalmologique, la présidente de l’association AFLAPA Aurore Berthoux, Toun et Hervé (association ERAN) ont organisé des rencontres musicales inter- écoles. Conquis par la richesse de ces échanges, cette expérience se poursuit par des sorties pédagogiques.

Bravo à tous ces acteurs pour cette belle initiative.

L’association Music Hop est heureuse d’avoir pu apporter sa contribution à ce magnifique projet.

Avec toute mon affection pour les enfants d’ici et d’ailleurs.

Fabienne Hary

123

Visible & Invisible |
Droit 2 Naitre |
La vie vaut la peine d'être... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chronique d'une Greffe...
| liseuse
| COURS DU BLOC B